« …Et c’est au hasard de mes innocentes rêveries
Que j’ai découvert, isolé et improbable,
Comme émané de ma psyché épanouie,
Un havre féérique d’une quiétude ineffable… »

Matthieu Dornier, Etant, Le voyage perpétuel.